Informations

Quelle est la différence entre la membrane de l'otolithe et l'endolymphe ?


Le système vestibulaire humain contient des otolithes pour détecter l'accélération dans le plan vertical et horizontal. Je ne trouve pas la différence entre la membrane de l'otolithe et l'endolymphe ?

Quelqu'un peut-il leur montrer où ils se trouvent sur une photo ?

Il semble qu'ils soient différents car wikipedia a deux entrées différentes pour eux. Voir par exemple les deux images ici et ici - je ne peux pas faire la différence.


Les deux images que vous fournissez dans la question (Fig. 2 et 3 ci-dessous) montrent en fait tout. Vous n'avez tout simplement pas compris la bonne échelle. La question montre un effort de recherche antérieur et l'oreille interne est en effet un organe complexe.

La figure 1 montre une vue d'ensemble à l'échelle macro de l'oreille interne ou du labyrinthe. Les deux otolithes sont appelés sacculus et utriculus, qui détectent les accélérations dans les plans horizontal et vertical.

Maintenant, si nous zoomons sur le sacculus, vous obtenez la figure 2, que vous avez fournie dans la question (commentaire). Ici, vous pouvez voir que les cellules ciliées (les cellules sensorielles) baignent dans endolymphe, qui est le fluide contenu dans le labyrinthe membraneux de l'oreille interne.

Maintenant, si nous zoomons davantage au niveau cellulaire, nous pouvons voir les parties sensorielles du sacculus (Fig. 3). Sur la figure, vous reconnaîtrez l'autre structure à laquelle vous faites référence, à savoir la membrane otolithique. Les otolithes contiennent de petites structures cristallines granuleuses appelées otoconia. Les otoconies se déplacent en réponse à l'accélération, en raison de leur inertie. Lorsqu'ils se déplacent dans le respect de leur environnement, ils activent les cellules ciliées. Les otoconies sont noyées dans une matrice gélatineuse, appelée membrane otolithique. l'endolymphe entoure la région au-dessus de l'otoconie sur la figure 3.


Fig. 1. Vue d'ensemble de l'oreille interne. source: Vertiges & Équilibre


Fig. 2. Saccule. source : Wikimédia


Fig. 3. Sacculus - gros plan des structures sensorielles. source : Wikimédia


Structure et fonction de l'oreille humaine

Le conduit auditif est un tube légèrement en forme de ‘‘S’’ et bordé d'une peau velue avec de nombreuses glandes sudoripares modifiées qui sécrètent du cérumen.

Le conduit auditif s'étend jusqu'à la membrane tympanique (tympan) qui est située entre l'oreille moyenne et l'oreille externe.

Oreille moyenne (cavité tympanique) est une cavité remplie d'air dans l'os temporal.

Il est tapissé d'un épithélium simple.

Dans la paroi médiale de l'oreille moyenne, il y a deux ouvertures appelées fenêtre ovale et fenêtre ronde.

La fenêtre ovale est recouverte d'un petit os appelé étrier.

La fenêtre ronde est recouverte d'un fin tissu fibreux.

Trois très petits os (osselets de l'oreille) appelés marteau, enclume et étrier s'étendent à travers l'oreille moyenne de la membrane tympanique à la fenêtre ovale.

Ils forment des joints mobiles entre eux et avec la paroi médiale de la cavité au niveau de la fenêtre ovale.

Le marteau est en contact avec la membrane tympanique et forme une articulation mobile avec l'enclume.

L'enclume s'articule avec l'étrier qui s'adapte à la fenêtre ovale.

Un long tube appelé trompe d'Eustache relie l'oreille moyenne au pharynx.

L'oreille interne est formé d'un réseau de canaux et de cavités dans l'os temporal que l'on appelle le labyrinthe osseux.

L'oreille interne est composée de trois régions principales :

trois canaux semi-circulaires

Le vestibule est la partie élargie près de l'oreille moyenne.

Des fenêtres ovales et rondes sont présentes dans ses parois latérales.

Le vestibule contient deux sacs membraneux appelés utricule et saccule.

Les canaux semi-circulaires sont trois tubes disposés à angle droit les uns par rapport aux autres de sorte que l'un soit situé dans chacun des trois plans de l'espace.

Ils sont en continuité avec le vestibule.

La cochlée est une structure enroulée dont la base large est en continuité avec le vestibule.

un canal vestibulaire supérieur

canal cochléaire moyen qui est un petit canal qui sépare les canaux supérieur et inférieur.

Le canal vestibulaire part de la fenêtre ovale et le canal tympanique se termine par la fenêtre ronde.

Les deux canaux sont continus l'un avec l'autre et remplis de périlymphe.

Le canal cochléaire fait partie du labyrinthe membraneux et est rempli d'endolymphe.

Le plancher du canal cochléaire est appelé membrane basilaire qui porte l'organe de Corti (organe en spirale).

Il contient des cellules de soutien et des cellules ciliées cochléaires spécialisées contenant des mécanorécepteurs (récepteurs auditifs) de l'oreille.

De nombreux poils sont attachés à la membrane tectoriale qui surplombe l'organe de Corti.

Les récepteurs auditifs sont des dendrites des nerfs sensoriels qui se combinent pour former le nerf auditif du cerveau.

Fonctions de l'oreille humaine

Audience

Les objets vibrants produisent des ondes de pression dans l'air environnant.

Lors de l'audition, l'oreille transduit ces ondes de pression (stimulus mécanique) en impulsions nerveuses qui sont transmises au cerveau qui les perçoit sous forme de son.

L'oreille externe recueille et concentre les ondes sonores et les dirige le long du conduit auditif vers la membrane tympanique.

Cela fait vibrer la membrane tympanique.

Les vibrations de la membrane tympanique sont transmis et amplifié à travers l'oreille moyenne par le mouvement de trois osselets de l'oreille articulés.

Les osselets de l'oreille transmettent les vibrations à la fenêtre ovale située sur la membrane de la surface cochléaire.

Lorsque l'étrier vibre contre la fenêtre ovale, des ondes de pression sont créées dans la périlymphe à l'intérieur de la cochlée.

Lorsque les ondes de pression du fluide pénètrent dans le canal vestibulaire, elles poussent vers le bas sur le canal cochléaire et la membrane basilaire.

En conséquence, la membrane basilaire et les cellules ciliées attachées vibrent de haut en bas.

Cela provoque la courbure des cheveux projetés de la cellule ciliée contre la membrane tectoriale fixe qui se trouve au-dessus des cellules ciliées.

Cela se traduit par la stimulation des récepteurs auditifs dans les cellules ciliées auditives et la génération d'influx nerveux.

Ces impulsions nerveuses sont transmises à la zone auditive du cerveau (lobe temporal du cerveau) pour la perception sonore.

Après la perception sonore, l'onde fluide est finalement dissipée dans l'oreille moyenne par vibration de la membrane de la fenêtre ronde.

La trompe d'Eustache maintient la pression atmosphérique des deux côtés de la membrane tympanique au niveau de la pression atmosphérique.

Équilibre

Canaux semi-circulaires et vestibule situés dans l'oreille interne - fournissent des informations sur la position de la tête dans l'espace et contribuent à maintenir la posture et l'équilibre.

Les canaux semi-circulaires disposés dans trois plans spatiaux détectent les mouvements angulaires de la tête.

Dans chaque canal, les cellules ciliées forment un amas avec les poils faisant saillie dans une calotte gélatineuse.

Les changements de position de la tête provoquent des mouvements de la périlymphe et de l'endolymphe.

En conséquence, les cellules ciliées sont stimulées et les impulsions nerveuses qui en résultent sont transmises au cerveau.

Utricule et saccule du vestibule - perçoivent la position par rapport à la gravité ou aux mouvements linéaires.

Chacune de ces chambres remplies de périlymphe contient des cellules ciliées qui se projettent dans un matériau gélatineux dans lequel de petites particules de carbonate de calcium (otolithe) sont incrustées.

Lorsque la tête est inclinée, les otolithes appuient sur les poils faisant saillie dans les gels. Les récepteurs des cellules ciliées transforment cette déviation en un signal électrique et passent dans le cervelet.


Qu'est-ce que l'endolymphe

L'endolymphe est le liquide du labyrinthe membraneux de l'oreille interne. On l'appelle aussi le Fluide de Scarpa. Le labyrinthe membraneux est entouré par la périlymphe. En dehors de la périlymphe, le labyrinthe osseux est présent. L'endolymphe est constituée d'une quantité significativement plus élevée d'ions potassium (150 mM) que d'ions sodium (1 mM). Par conséquent, le potentiel électrique de l'endolymphe est

80-90mV. Les boucles capillaires et les petits vaisseaux sanguins appelés strie vasculaire sécrètent des ions potassium dans l'endolymphe. La concentration d'ions dans l'endolymphe facilite la formation d'influx nerveux dans les cellules ciliées. Généralement, le potentiel électrique des cellules ciliées est de -50 mV. La différence de potentiel entre l'endolymphe et les cellules ciliées est d'environ 150 mV et c'est la plus grande différence de potentiel dans le corps humain.

Figure 1 : Anatomie de l'oreille interne

Les ondes fluides de l'endolymphe stimulent les cellules ciliées, qui convertissent les ondes fluides en influx nerveux. L'influx nerveux est transmis par le nerf auditif au cerveau.


Système vestibulaire

Le vestibulaire est notre sens qui nous aide à déterminer dans quelle direction est haut et bas, et nous aide également à traiter les changements d'accélération de la tête. Ces fonctions sensorielles nécessitent deux organes dans l'oreille interne, les canaux semi-circulaires et les otolithes, respectivement.

Les canaux semi-circulaires sont une série de trois tubes membraneux, un dans chacune des trois dimensions. Les canaux sont remplis d'endolymphe et, tout comme la cochlée, ont des cellules ciliées avec des stéréocils qui s'étendent dans l'endolymphe. Ces cellules ciliées se trouvent à l'extrémité de chacun des canaux, dans une expansion appelée ampoule. Lorsque la tête se déplace dans une direction, le fluide se déplace également, provoquant une déviation des cellules ciliées. Lorsque les cellules ciliées se déplacent dans une direction, des canaux ioniques à déclenchement mécanique s'ouvrent, permettant aux ions potassium d'entrer dans la cellule, entraînant une dépolarisation. Mais, lorsqu'ils se déplacent dans la direction opposée, ces canaux se ferment, entraînant une hyperpolarisation. Collectivement, ces signaux transmettent des informations sur les mouvements de la tête et l'inclinaison au cerveau via le nerf vestibulo-cochléaire (Cranial Nerve VIII).


Qu'est-ce que l'endolymphe ? (Avec des photos)

L'endolymphe est un liquide riche en potassium présent dans le labyrinthe membraneux de l'oreille interne humaine. Il est parfois également connu sous le nom de fluide de Scarpa d'après Antonio Scarpa, l'anatomiste italien du XVIIIe siècle qui a découvert pour la première fois que l'oreille interne était remplie de liquide. Il s'agit généralement de l'un des deux principaux fluides présents dans l'oreille interne, appelés collectivement « fluides cochléaires ». L'endolymphe a une composition très différente de celle des fluides extracellulaires trouvés ailleurs dans le corps, y compris la périlymphe qui est l'autre fluide cochléaire. Il a également deux rôles uniques : il aide à l'audition en absorbant et en dirigeant les ondes sonores, et aide également à l'équilibre en favorisant la stabilité électrochimique qui est relayée presque immédiatement au cerveau. Même de petits changements dans la composition et le volume provoquent de grands changements dans l'équilibre, la coordination et l'audition d'une personne.

Comprendre l'oreille interne en général

Bien que les oreilles humaines soient petites, elles sont remplies de nombreuses régions hautement complexes et spécialisées qui peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie d'une personne. La zone connue sous le nom de « l'oreille interne » est souvent considérée comme la plus spécialisé et sensible, il n'est donc peut-être pas surprenant que c'est là que le liquide endolymphatique important est stocké.

Dans un processus connu sous le nom de transduction, l'oreille interne convertit les sons qui pénètrent dans le conduit auditif en signaux électriques qui sont acheminés vers le cerveau. L'oreille interne contient une série d'espaces remplis de liquide. Une structure appelée le labyrinthe osseux se compose d'un vestibule central, de trois canaux semi-circulaires et de la cochlée en forme de spirale, et chaque sous-structure contient une partie correspondante de ce qu'on appelle labyrinthe membraneux. C'est ce labyrinthe qui est rempli de fluide.

L'utricule et le saccule dans le vestibule et les canaux semi-circulaires dans les canaux semi-circulaires sont impliqués dans le maintien de l'équilibre, et la scala media dans la cochlée est impliquée dans l'audition. Pendant ce temps, la périlymphe aqueuse, un liquide extracellulaire typique comparable au plasma ou au liquide céphalo-rachidien, remplit l'espace dans le labyrinthe osseux entourant la membrane membraneuse.

Fonction fluide et rôle principal

Chez les personnes en bonne santé, le fluide circule presque constamment dans les chambres de l'oreille interne. Ce mouvement stimule les cellules nerveuses, en particulier les cellules réceptrices, en réponse aux ondes sonores, et c'est une grande partie de la façon dont le cerveau interprète le son à la fois en ce qui concerne le volume global ainsi que des choses comme le ton et la hauteur. Le fluide relaie également des signaux importants sur la position de la tête et du corps plus large dans l'espace, ce qui contribue à assurer l'équilibre. Lorsqu'une personne s'incline et se penche, le fluide se déplace, des changements sont également signalés au cerveau pour permettre l'étalonnage et prévenir les étourdissements, les vertiges et d'autres problèmes connexes.

Sécrétion

Le potassium dans le liquide est sécrété par la strie vasculaire. La teneur élevée en potassium signifie que c'est cet élément, plutôt que le sodium, qui maintient le gradient électrique dans les cellules dans le fluide plus généralement. D'autres caractéristiques importantes incluent la faible teneur en calcium du fluide et sa charge positive élevée, connue sous le nom de potentiel endocochléaire.

La périlymphe et l'endolymphe ne circulent pas entre les régions comme le pensaient autrefois les premiers anatomistes. Au contraire, ils sont maintenus par des processus de transport d'ions locaux. Le liquide endolymphatique a une composition unique à haute teneur en potassium et à faible teneur en sodium et une teneur totale en ions beaucoup plus élevée que celle de la périlymphe. Contrairement à de nombreux autres fluides corporels, ces deux sont ne pas sécrétée et réabsorbée.

Problèmes et déséquilibres courants

La maladie de Ménière est un trouble lié spécifiquement à ce liquide avec des symptômes tels qu'une perte auditive dans les basses fréquences, des bourdonnements dans les oreilles, des étourdissements et une sensation de pression dans l'oreille. Chez les patients atteints de la maladie de Ménière, les niveaux de liquide sont beaucoup plus élevés qu'ils ne devraient l'être, créant une condition connue sous le nom de hydrops endolymphatique. En conséquence, une partie de la membrane entourant le fluide se rompt ou développe une fuite. La libération d'endolymphe dans la périlymphe est toxique et perturbe la composition chimique normale de l'oreille interne, entraînant une perte auditive. De plus, un mouvement rapide ou une rotation peut provoquer de faux déclencheurs du fluide lorsqu'il se déplace, entraînant des étourdissements et un éventuel mal des transports.


3. RÉSULTATS

Bien que le taux de retour des adultes ait été faible dans l'ensemble, les auteurs ont détecté une occurrence globale plus faible de vatérite dans les otolithes de saumons adultes de retour que chez les saumoneaux en migration, ce qui correspond aux attentes d'une survie réduite associée à la vatérite. Pour la plupart des groupes de saumoneaux, la fréquence des individus avec au moins un otolithe anormal était relativement élevée, variant de 11,4 % à 65,1 %. Au total, 37,6 % des saumoneaux avaient au moins un otolithe anormal (tableau 1). Il y avait de grandes différences entre les trois groupes de traitement (les 2 années regroupées ?? 2 2 = 336.1, P < 0,0001), le groupe Lone ayant de loin la plus forte proportion d'otolithes anormaux (64,4 % au total). Les deux groupes Imsa avaient en moyenne 11,8 (Imsa Cold) et 21,5% (Imsa Warm) d'otolithes anormaux.

En moyenne, il n'y avait aucune différence de taille entre les saumoneaux avec ou sans otolithes anormaux. L'exception était le groupe Imsa Warm de 2016, où les individus avec des otolithes anormaux étaient significativement plus gros que ceux sans otolithes anormaux (tableau 2). Néanmoins, lors de la correction de l'erreur de type 1, aucune différence significative n'a été trouvée.

Longueur moyenne (N) Statistiques des tests
Grouper Année Avec des otolithes anormaux Sans otolithes anormaux t-valeur P
Je suis chaud 2016 193.7 ± 24.4 (47) 181.5 ± 26.6 (73) 2.533 0.013
2017 193.4 ± 16.5 (51) 188.2 ± 19.4 (283) 1.799 0.073
J'ai froid 2016 152.5 ± 24.8 (2) 132.7 ± 16.9 (3) 1.077 0.361
2017 188.4 ± 25.3 (37) 181.9 ± 22.0 (287) 1.661 0.098
Seul 2016 155.6 ± 15.1 (170) 155.5 ± 14.9 (91) 0.051 0.959
2017 161.2 ± 14.0 (207) 159.92 ± 12.4 (117) 0.824 0.410
  • Noter. Les valeurs en gras représentent un P valeur qui est <0,05, il y a donc une différence significative dans la longueur des individus avec et sans otolithes anormaux. T-des tests ont été utilisés pour tester les différences de longueur moyenne.

Il y avait des différences significatives entre les groupes de saumoneaux dans la fréquence des otolithes anormaux (les tests de somme de Kruskal-Wallis ont indiqué des différences significatives entre les groupes pour les deux années P < 0,001) (voir Tableau 1). Post-hoc les tests ont montré qu'en 2016, le groupe Lone et le groupe Imsa Warm différaient significativement l'un de l'autre (P < 0,001), alors que l'Imsa Cold ne différait pas de l'Imsa Warm (P = 0,98) et solitaire (P = 0,51). De même, le groupe Lone différait significativement des deux groupes Imsa en 2017 (P < 0,001, les deux comparaisons), alors que Imsa Cold et Imsa Warm ne différaient pas (P = 0.22).

Pour les saumoneaux individuels qui avaient au moins un otolithe anormal, les auteurs ont étudié la proportion de vatérite dans l'otolithe. Les proportions moyennes de vatérite (±SD) dans les otolithes anormaux pour les saumoneaux de 2016 étaient de 0,49 ± 0,27 pour le groupe Lone et de 0,72 ± 0,32 pour le groupe Imsa Warm (F = 24.44, P < 0,0001) (la taille de l'échantillon pour Imsa Cold était très petite pour cette analyse).

La proportion moyenne de vatérite (± S.D. ) pour les groupes de saumoneaux de 2017 était généralement légèrement inférieure à celle des saumoneaux de 2016 0,29 ± 0,17 pour le groupe Imsa Warm, 0,27 ± 0,17 pour le groupe Imsa Cold et 0,38 ± 0,17 pour le groupe Lone (F = 10.48, P < 0,0001). Tukey's post-hoc les tests ont montré des différences significatives entre le groupe Lone et Imsa Warm et Imsa Cold, alors que les groupes Imsa Cold et Imsa Warm ne différaient pas significativement. Il n'y avait aucune relation entre la longueur des saumoneaux et le pourcentage de couverture de vatérite des otolithes affectés pour aucun des groupes (figure 3 tous P > 0,05).

La couverture moyenne de la vatérite et de la longueur (proxy de croissance) pour chaque groupe pour les deux cohortes différentes (2016 et 2017). Les points légèrement plus gros indiquent les longueurs moyennes et la couverture moyenne de vatérite des otolithes anormaux. Les lignes émergeant de ces points indiquent les erreurs standard () Imsa froid () Imsa Chaud () Seul () Imsa Cold (NA) () Imsa Chaud () Seul

Le taux de retour des saumons adultes était généralement très faible (1,34 %), mais variait selon les groupes (tableau 1). Au total, les adultes de retour avaient une probabilité plus faible d'avoir des otolithes anormaux que les saumoneaux (?? 2 = 13.70, P < 0,001), basé sur la classification binomiale vatérite visible/vatérite non visible. Néanmoins, encore une fois, il y avait de grandes différences entre les groupes (figure 4). Les saumoneaux d'Imsa Warm de 2016 présentaient une proportion significativement plus élevée d'otolithes anormaux que les adultes de retour (?? 2 = 4.87, P = 0,020), alors que la relation inverse était significative pour les saumoneaux Imsa Cold 2017 et les adultes (?? 2 = 5.43, P = 0,020). Aucune différence significative dans la proportion d'otolithes anormaux n'a été trouvée pour le groupe Imsa Warm 2017 (?? 2 = 1.85, P = 0,170). Le groupe Lone 2016 et 2017 et le groupe Imsa Cold 2016 avaient un très faible nombre d'adultes de retour pour comparer les saumoneaux et les adultes (tableau 1).

Les pourcentages d'otolithes anormaux pour chaque cohorte (2016 et 2017) de chaque groupe pour les saumoneaux et les adultes de retour, et le total N de chaque échantillon () Adulte () saumoneaux () Adulte () saumoneaux

Contrôle neuronal et coordination Classe 11 QCM Questions avec réponses

Résoudre les questions à choix multiples sur le contrôle et la coordination neuronales du chapitre 21 de biologie de la classe 11 Le QCM peut être d'une aide extrême car vous serez conscient de tous les concepts. Ces questions QCM sur le contrôle neuronal et la coordination de la classe 11 avec des réponses ouvrent la voie à une révision rapide du chapitre, vous aidant ainsi à améliorer les connaissances du sujet. Jetez un œil au QCM du Chapitre 21 Biologie Classe 11 et recoupez vos réponses lors de la préparation.

I. Sélectionnez la bonne réponse parmi les questions suivantes :

Question 1.
Le cerveau humain a un plus grand développement de
(a) Lobes optiques
(b) Medullu oblongata
(c) Cerveau
(d) Cervelet

Question 2.
La plupart des revêtements extérieurs du cerveau sont
(a) La pie-mère
(b) Matière blanche
(c) Arachnoïde
(d) la dure-mère

Question 3.
Le troisième ventricule se produit dans
(un cerveau
(b) Crâne
(c) Os
(d) Cœur

Question 4.
La structure ramifiée ressemblant à un arbre trouvée dans le cervelet est
(a) Aréole
(b) Arachnoïde
(c) Arboricole
(d) Tonnelle

Question 5.
Le nombre de nerfs rachidiens chez l'être humain est
(a) 31
(b) 37
(c) 14
(d) 20

Question 6.
Le quatrième nerf crânien est
(a) Trochléaire (Pathétique)
(b) Optique
(c) Oculomoteur
(d) Trijumeau

Réponse : (a) Trochléaire (Pathétique)

Question 7.
Le nerf auditif est responsable de
(une vue
(b) Audition
(c) Odeur
(d) Aucun de ces

Question 8.
Synapse est une proximité de dose de
(a) Deux veines
(b) Deux lymphatiques
(c) Deux neurones
(d) Deux artères

Question 9.
La région externe de la moelle épinière est
(a) Matière blanche
(b) Matière grise
(c) La pie-mère
(d) la dure-mère

Question 10.
Une impulsion nerveuse quitte un neurone via le
(a) Dendrites
(b) Axone
(c) Cyton
(d) Noyau

Question 11.
Contrôle réglementaire de la température
(a) Hypothalamus
(b) Cervelet
(c) Supérieur
(d) Colliculi inférieur

Question 12.
L'endolymphe se trouve dans
(a) Oreille interne
(b) Cnidoblaste
(c) Cavité synoviale
(d) Chambre postérieure de l'œil

Question 13.
La séquence des osselets de l'oreille est
(a) étrier, marteau, enclume
(b) Malleus, étrier, enclume
(c) marteau, enclume, étrier
(d) Enclume, étrier, marteau

Réponse : (c) marteau, enclume, étrier

Question 14.
L'élève est réglementé par
(a) Muscles radiaux et circulaires
(b) Muscles méridiens
(c) Muscles radiaux
(d) Muscles circulaires

Réponse : (d) Muscles circulaires

Question 15.
Les cellules ciliées de l'oreille sont stimulées par des mouvements de
(a) Lymphe
(b) Endolymphe
(c) périlymphe
(d) Hémolymphe

Question 16.
La cochlée de l'oreille de mammifère aide à
(a) Réception phonétique
(b) Production sonore
(c) Équilibre et audition
(d) Équilibre

Question 17.
manque de fovéa centralis
(a) Cellules à tiges
(b) Vaisseaux sanguins
(c) Couverture des fibres nerveuses
(d) Tous ces

Question 18.
Iris est une extension de
(a) Sclère
(b) Rétine
(c) Cornée
(d) Choroïde et rétine

Réponse : (d) Choroïde et rétine

Question 19.
Le disque optique est aussi appelé
(a) Angle mort
(b) Fovéa
(c) Ora serrata
(d) Chiasma optique

Question 20.
Les bâtonnets sont des récepteurs
(une vision
(b) Goût
(c) Odeur
(d) Audition
(e) Toucher

Question 1.
………………….. est le processus par lequel deux ou plusieurs organes interagissent et complètent les fonctions les uns des autres.

Question 2.
Le système neuronal de tous les animaux est composé de cellules hautement spécialisées appelées ‘……………..’ qui peuvent détecter, recevoir et transmettre différents types de stimuli.

Question 3.
Le système neuronal humain est divisé en deux parties, à savoir (i) ……………. et (ii) …………….

Réponse : le système neural central (SNC), le système neural périphérique.

Question 4.
Les fibres nerveuses du SNP sont de deux types, à savoir (a) ………….. et (b) ……………..

Réponse : fibres afférentes, fibres efférentes.

Réponse : système neuronal somatique, système neuronal autonome

Question 6.
Un neurone est une structure microscopique composée de trois parties principales, à savoir « …………. et …………

Réponse : corps cellulaire, dendrites, axone.

Réponse : myélinisé, non myélinisé

Réponse : cerveau antérieur, cerveau moyen, cerveau postérieur

Question 9.
Le mésencéphale est situé entre le ……………….. du cerveau antérieur et les ponts du cerveau postérieur.

Réponse : pones, cervelet, moelle.

Question 12.
Il existe deux types de cellules photoréceptrices, à savoir ………….

Question 13.
Les composés photosensibles dans les yeux humains sont composés de …………… (une protéine) et de …………. (un aldéhyde de vitamine A).

Question 14.
L'oreille peut être divisée en trois sections principales appelées …………, le …………. et le ………….

Réponse : oreille externe, oreille moyenne, oreille interne

Question 15.
La partie enroulée du labyrinthe est appelée ……………

III. Cochez les affirmations Vrai (V) ou Faux (F)

Question 1.
Les ondes dans les lymphes induisent une ondulation dans la membrane basilaire.

Question 2.
La saccule et l'utricule contiennent une crête saillante appelée macula.

Question 3.
L'oreille interne contient également un système complexe appelé cellules ciliées.

Question 4.
Les cellules ciliées sont présentes en rangées sur la face interne de l'organe du corti.

Question 5.
A la base de la cochlée, la scala vestibuli se termine à l'organe de l'otolithe.

Question 6.
L'oreille interne remplie de liquide appelée labyrinthe se compose de deux parties, le labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux.

Question 7.
Le marteau est attaché à la membrane tympanique et l'étrier est attaché à la fenêtre ovale de la cochlée.

Question 8.
L'espace entre le cristallin et la rétine est appelé chambre aqueuse.

Question 9.
L'espace entre la cornée et le cristallin est appelé chambre vitrée

Question 10.
Le corps ciliaire lui-même continue vers l'avant pour former une structure pigmentée et opaque appelée iris.

IV. Associez la colonne I à la colonne II.

Colonne I Colonne II
(a) Cellules photoréceptrices 1. Cerveau, thalamus et hypothalamus
(b) Tissu conjonctif dense 2. Corps calleux
(c) Choroïde 3. action réflexe
(d) Système nerveux central 4. tiges et cônes
(e) Cerveau postérieur 5. Passe par le milieu du cerveau
(f) Aqueduc cérébral 6. sclérotique
(g) Cerveau antérieur 7. Hormones hypothalamiques.
(h) Cellules neurosécrétrices 8. Contient de nombreux vaisseaux sanguins
(i) Hémisphères 9. Méninges crâniennes
(j) Le cerveau 10. pont, cervelet et moelle
(k) Les neurotransmetteurs se lient 11. membrane plasmique
(l) Membrane plasmique 12. potentiel de repos
(m) Impulsion nerveuse 13. myélinisé et non myélinisé.
(n) axones 14. récepteurs
(o) neurone 15. corps cellulaire, dendrites et axone
Réponse

Colonne I Colonne II
(a) Cellules photoréceptrices 4. tiges et cônes
(b) Tissu conjonctif dense 6. sclérotique
(c) Choroïde 8. Contient de nombreux vaisseaux sanguins
(d) Système nerveux central 3. action réflexe
(e) Cerveau postérieur 10. pont, cervelet et moelle
(f) Aqueduc cérébral 5. Passe par le milieu du cerveau
(g) Cerveau antérieur 1. Cerveau, thalamus et hypothalamus
(h) Cellules neurosécrétrices 7. Hormones hypothalamiques.
(i) Hémisphères 2. Corps calleux
(j) Le cerveau 9. Méninges crâniennes
(k) Les neurotransmetteurs se lient 14. récepteurs
(l) Membrane plasmique 12. potentiel de repos
(m) Impulsion nerveuse 11. membrane plasmique
(n) axones 13. myélinisé et non myélinisé.
(o) neurone 15. corps cellulaire, dendrites et axone

J'espère que les informations partagées concernant le NCERT QCM Questions pour la biologie de classe 11 Chapitre 21 Contrôle neuronal et coordination avec le téléchargement gratuit de Answers Pdf sont vraies et authentiques en ce qui concerne nos connaissances. Si vous pensez que des informations concernant les QCM de contrôle et de coordination neurales de biologie de classe 11 de CBSE manquent, contactez-nous et nous les examinerons et les ajouterons en conséquence.


Le système vestibulaire

Les humains ont la capacité de contrôler la posture et les mouvements du corps et des yeux par rapport à l'environnement extérieur. Les système vestibulaire médie ces activités motrices à travers un réseau de récepteurs et d'éléments neuronaux. Ce système intègre les informations sensorielles périphériques des récepteurs vestibulaires, somatosensoriels, viscéromoteurs et visuels ainsi que les informations motrices du cervelet et du cortex cérébral. Le traitement central de ces entrées se produit rapidement, la sortie du système vestibulaire fournissant un signal approprié pour coordonner les réflexes de mouvement pertinents. Bien que le système vestibulaire soit considéré comme un sens particulier, la plupart des activités vestibulaires sont menées à un niveau subconscient. Cependant, dans des situations produisant une stimulation vestibulaire inhabituelle ou nouvelle, telles que l'air agité dans un vol d'avion ou le mouvement des vagues sur les navires, la perception vestibulaire devient aiguë, entraînant souvent des étourdissements, des vertiges ou des nausées.

APERÇU

Le système vestibulaire est un élément essentiel dans la production de réponses motrices cruciales pour le fonctionnement quotidien et la survie. Tout au long de l'évolution, la nature hautement conservée du système vestibulaire est révélée par des similitudes frappantes dans l'organisation anatomique des récepteurs et des connexions neuronales chez les poissons, les reptiles, les oiseaux et les mammifères.

Pour la présente discussion, le système vestibulaire peut être divisé en cinq composants :

LABYRINTHE VESTIBULAIRE PÉRIPHÉRIQUE

Le labyrinthe vestibulaire contient des récepteurs sensoriels spécialisés et est situé latéralement et en arrière de la cochlée dans l'oreille interne (Fig. 22-1). Le labyrinthe vestibulaire se compose de cinq structures réceptrices distinctes, trois canaux semi-circulaires et deux organes otolithiques, qui sont contenus dans la portion pétreuse de l'os temporal. Le labyrinthe est en fait composé de deux éléments distincts. Les labyrinthe osseux est une enveloppe environnante qui contient et protège les structures sensorielles vestibulaires sous-jacentes sensibles (Fig. 22-1). Chez l'homme, le labyrinthe osseux ne peut être visualisé qu'à l'excision de l'apophyse mastoïde. À l'intérieur du labyrinthe osseux se trouve un système fermé rempli de liquide, le labyrinthe membraneux, qui consiste en des tubes de liaison et des protubérances (Fig. 22-2). Les récepteurs vestibulaires sont situés dans des régions spécialisées du labyrinthe membraneux.

Entre le labyrinthe membraneux et le labyrinthe osseux se trouve un espace contenant un fluide appelé périlymphe, qui est similaire au liquide céphalo-rachidien. La périlymphe a une teneur élevée en sodium (150 mM) et une faible teneur en potassium (7 mM), et elle baigne la partie vestibulaire du huitième nerf crânien.

Le labyrinthe membraneux est rempli d'un autre type de fluide, appelé endolymphe, qui couvre les récepteurs sensoriels spécialisés des systèmes vestibulaire et auditif. L'endolymphe a une concentration élevée de potassium (150 mM) et une faible concentration de sodium (16 mM). Il est important de noter les différences entre ces deux fluides car tous deux sont impliqués dans le fonctionnement normal du système vestibulaire. Des troubles de la distribution ou du contenu ionique de l'endolymphe conduisent souvent à une maladie vestibulaire.

Organes récepteurs vestibulaires

Les cinq organes récepteurs vestibulaires de l'oreille interne se complètent mutuellement. Les canaux semi-circulaires (horizontaux, antérieurs et postérieurs) transmettent les mouvements de rotation de la tête (accélérations angulaires). Les organes de l'otolithe (utricule et saccule) répondent aux mouvements de translation de la tête (accélérations linéaires) ou à l'orientation de la tête par rapport à la gravité. Chaque canal semi-circulaire et organe d'otolithe est aligné spatialement pour être le plus sensible aux mouvements dans des plans spécifiques dans l'espace tridimensionnel.

Chez l'homme, le canal semi-circulaire horizontal et l'utricule se situent tous deux dans un plan légèrement incliné antéro-dorsal par rapport au plan naso-occipital (Fig. 22-3). Lorsqu'une personne marche ou court, la tête est normalement inclinée (inclinée vers le bas) d'environ 30 degrés, de sorte que la ligne de visée est dirigée à quelques mètres devant les pieds. Cette orientation fait que le plan du canal horizontal et de l'utricule est parallèle à la terre et perpendiculaire à la gravité. Les canaux semi-circulaires antérieurs et postérieurs et le saccule sont disposés verticalement dans la tête, orthogonaux au canal semi-circulaire horizontal et à l'utricule (Fig. 22-3). Les deux canaux verticaux de chaque oreille sont positionnés orthogonaux l'un par rapport à l'autre, tandis que le plan du canal antérieur d'un côté de la tête est coplanaire avec le plan du canal postérieur controlatéral (fig. 22-3).

Les cellules réceptrices de chaque organe vestibulaire sont innervées par des fibres afférentes primaires qui se joignent à celles de la cochlée pour former le vestibulocochléaire (huitième) nerf crânien. Les corps cellulaires de ces neurones afférents vestibulaires bipolaires se trouvent dans le ganglion vestibulaire (Ganglion Scarpa), qui se trouve dans le méat acoustique interne (Fig. 22-4). Les processus centraux de ces cellules bipolaires pénètrent dans le tronc cérébral et se terminent dans les noyaux vestibulaires homolatéraux et le cervelet.

L'apport sanguin au labyrinthe se fait principalement par le artère labyrinthique, généralement une branche de l'artère cérébelleuse antéro-inférieure. Ce vaisseau pénètre dans l'os temporal par le méat auditif interne. Bien qu'elle ne soit pas aussi importante que l'artère labyrinthique, la artère stylomastoïdienne fournit également des branches au labyrinthe, principalement aux canaux semi-circulaires. Une interruption de l'apport sanguin au labyrinthe compromettra la fonction vestibulaire (et cochléaire), entraînant des symptômes associés au labyrinthe, tels que vertige ou oscillopsie, et des signes cliniques, tels que nystagmus ou démarche instable.

Labyrinthe membraneux

Le labyrinthe membraneux est soutenu à l'intérieur du labyrinthe osseux par du tissu conjonctif. Les trois conduits des canaux semi-circulaires se connecter à l'utricule, et chaque conduit se termine par un seul élargissement proéminent, le ampoule (Fig. 22-2). Les récepteurs sensoriels des canaux semi-circulaires résident dans un neuroépithélium à la base de chaque ampoule. Les récepteurs de l'utricule sont orientés longitudinalement le long de sa base et dans le saccule, ils sont orientés verticalement le long de la paroi médiale (Fig. 22-2). L'endolymphe du labyrinthe est drainée dans le sinus endolymphatique par de petits conduits. À son tour, ce sinus communique à travers le conduit endolymphatique avec le sac endolymphatique, qui est situé à côté de la dure-mère (Fig. 22-2). Le saccule est également relié à la cochlée par le ductus réunionnais.

Maladie de Ménière

L'équilibre entre le contenu ionique de l'endolymphe et de la périlymphe est maintenu par des cellules sécrétoires spécialisées dans le labyrinthe membraneux et le sac endolymphatique. En cas d'avancée maladie de Ménière, there is disruption of normal endolymph volume, resulting in endolymphatic hydrops (an abnormal distention of the membranous labyrinth). Symptoms of Meniere disease include severe vertigo (a sense of spinning in space), positional nystagmus, et la nausée. Affected persons often have unpredictable attacks of auditory and vestibular symptoms, including vomiting, tinnitus (ringing in the ears), and a complete inability to make head movements or even to stand passively. For patients with frequent debilitating attacks, the first course of treatment is often administration of a diuretic (e.g., hydrochlorothiazide) and a salt-restricted diet to reduce the hydrops. If persistent symptoms of Meniere disease continue, second treatment options include either the implantation of a small shunt into the abnormally swollen endolymphatic sac or the delivery of a vestibulotoxic agent such as gentamicin into the perilymph.

Semicircular Canal Dehiscence

VESTIBULAR SENSORY RECEPTORS

Hair Cell Morphology

The sensory receptor cells in the vestibular system, like those in the auditory system, are called Cellules ciliées en raison de l stéréocils that project from the apical surface of the cell (Fig. 22-6UNE). Each hair cell contains 60 to 100 hexagonally arranged stereocilia and a single longer kinocilium. The stereocilia are oriented in rows of ascending height, with the tallest lying next to the lone kinocilium. The stereocilia arise from a region of dense actin, the cuticular plate, located at the apical end of the hair cell. The cuticular plate acts as an elastic spring to return the stereocilia to the normal upright position after bending. Each stereocilium is connected to its neighbor by small filaments.

There are two types of hair cells, and they differ in their pattern of innervation by fibers of the eighth cranial nerve (Fig. 22-6UNE). Type I hair cells are chalice shaped and typically are surrounded by an afferent terminal that forms a nerve calyx. Type II hair cells are cylindric and are innervated by simple synaptic boutons. Excitatory amino acids such as aspartate and glutamate are the neurotransmitters at the receptor cell–afferent fiber synapses. Both types of hair cells, or their afferents, receive synapses from vestibular efferent fibers that control the sensitivity of the receptor. These efferent fibers contain acetylcholine and calcitonin gene–related peptide as neurotransmitters. Efferent cell bodies are located in the brainstem just rostral to the vestibular nuclei and lateral to the abducens nucleus. They are activated by behaviorally arousing stimuli or by trigeminal stimulation.

Within each ampulla, the hair cells and their supporting cells lie embedded in a saddle-shaped neuroepithelial ridge, the crista, which extends across the base of the ampulla (Fig. 22-6B). Type I hair cells are concentrated in central regions of the crista, and type II hair cells are more numerous in peripheral areas. Arising from the crista and completely enveloping the stereocilia of the hair cells is a gelatinous structure, the cupula. The cupula attaches to the roof and walls of the ampulla, forming a fluid-tight partition that has the same specific density as that of endolymph. Rotational head movements produce angular accelerations that cause the endolymph in the membranous ducts to be displaced so that the cupula is pushed to one side or the other like the skin of a drum. These cupular movements displace the stereocilia (and kinocilium) of the hair cells in the same direction.

For the otolith organs, a structure analogous to the crista, the macule, contains the receptor hair cells (Fig. 22-6C). The hair cell stereocilia of otolith organs extend into a gelatinous coating called the otolith membrane, which is covered by calcium carbonate crystals called otoconia (from the Greek, meaning “ear stones”). Otoconia are about three times as dense as the surrounding endolymph, and they are not displaced by normal endolymph movements. Instead, changes in head position relative to gravity or linear accelerations (forward-backward, upward-downward) produce displacements of the otoconia, resulting in bending of the underlying hair cell stereocilia.

Hair Cell Transduction

The response of hair cells to deflection of their stereocilia is highly polarized (Figs. 22-7 and 22-8UNE). Movements of the stereocilia toward the kinocilium cause the hair cell membranes to depolarize, which results in an increased rate of firing in the vestibular afferent fibers. If the stereocilia are deflected away from the kinocilium, however, the hair cell is hyperpolarisé and the afferent firing rate decreases.

The mechanisms underlying the depolarization and hyperpolarization of vestibular hair cells depend, respectively, on the potassium-rich character of endolymph and the potassium-poor character of the perilymph that bathes the basal and lateral portions of the hair cells. Deflection of the stereocilia vers the kinocilium causes potassium channels in the apical portions of the stereocilia to open. Potassium flows into the cell from the endolymph, depolarizing the cell membrane (Fig. 22-7


Chemical Composition

The otoliths begin to form shortly after the fish hatches. Otoliths are composed of a crystalline calcium carbonate structure, in the form of aragonite, on a protein matrix. Calcium carbonate is diffused through the endolymph cell membrane and the aragonite layers are permanently deposited in discrete increments. These increments are permanently stored in layers and their composition is not altered over time. Along with calcium carbonate, other chemicals are deposited in trace amounts. The most common trace elements found in otoliths are the alkaline earth metals Strontium (Sr), Barium (Ba), and Magnesium (Mg) because they are in the alkaline earth metal group like Calcium and therefore have the same bonding affinity. This allows these alkaline earth metals to substitute in for calcium in the aragonite without affecting the crystalline structure. Other elements and stable isotopes can be deposited in lower concentrations within the aragonite structure and in the protein matrix. The uptake of chemicals into the otolith is multi-stage and complex, but the chemical composition of the discrete layers are proportional to that of the ambient water in which the fish is inhabiting at the time of deposition. [4] These discrete layers create a temporal record of the water in which the fish has inhabited. There are 3 pairs of otoliths in bony fish, but only the largest, known as the saggita, is commonly used for microchemical analysis. The core of the otolith corresponds to the earliest larval period of the fish’s life. Thus the microchemistry of the core of the otolith can be used as a means of inferring natal origin of fish. [1]


Cochlear potential difference between endolymph fluid and the hair cell's interior: a retold interpretation based on the Goldman equation.

Reported cochlear potential values of near 150 mV are often attributed to endolymph itself, although membrane potentials result from ion fluxes across the adjacent semipermeable membranes due to concentration gradients. Since any two fluids separated by a semipermeable membrane develop potential due to differences in solute concentrations, a proposed interpretation here is that positive potential emanates from the Reissner membrane due to small influx of sodium from perilymph to endolymph. Basolateral hair cell membranes leak potassium into the interstitial fluid and this negative potential inside hair cells further augments the electric gradient of cochlear potential. Taken together as a sum, these two potentials are near the reported values of cochlear potential. This is based on reported data for cochlear fluids used for the calculation of Nernst and Goldman potentials. The reported positive potential of Reissner membrane can be explained almost entirely by the traffic of Na+ that enters endolymph through this membrane. At the apical membrane of hair cells, acoustic stimulation modulates stereocillia permeability to potassium. Potassium concentration gradients on the apical membrane are low (the calculated Nernst value is <+3 mV), suggesting that the potassium current is not caused by the local potassium concentration gradient, but an electric field between the positive sodium generated potential on the Reissner membrane and negative inside hair cells. Potassium is forced by this overall electric field to enter hair cells when stereocilia are permeable due to mechanical bending.


Voir la vidéo: Faire seulement un exercice et parfois chasser des étourdissements! (Janvier 2022).